Jeudi 7 avril 2011Little miss sunshine

Jonathan Dayton et Valerie Faris

Genre : road movie
Durée : 101 min
Sortie : 2006

Distribution

Greg Kinnear, Toni Collette, Steve Carell, Paul Dano, Abigail Breslin, Alan Arkin, Marc Turtletaub, Jill Talley, Brenda Canela, Julio Oscar Mechoso

Résumé

L'histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son "Parcours vers le succès en 9 étapes". La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l'hôpital après avoir été congédié par son amant.
Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy.
Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l'Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus...

Analyse des personnages

Richard : La question que l’on se pose en regardant et en écoutant Richard tout le long du film : est il un gagnant ou un perdant ? D’un optimisme désespéré, il est le faiseur de recettes pour devenir un gagnant afin de conquérir le monde. Séduisant, positif, souriant, il incarne apparemment l’image de la réussite. Mais son programme ne se vend pas car pour vendre, il ne suffit pas d’avoir des idées, il ne suffit pas d’écrire mais il faut être connu, être là au bon moment, il faut être quelqu’un. On peut noter qu’au final lui aussi aura compris que le monde ne se divise peut-être pas entre gagnants et perdants, car il voit sa famille ressortir grandie, gagnante en expérience et en émotions.

Sheryl est une mère de famille un peu débordée. Elle rêve d’un monde d’honnêteté. Elle tente tant bien que mal de faire le lien entre les différents membres de la famille. Devant les doutes de la famille quant à la participation de sa fille au concours, elle le poussera à aller au bout de son rêve.

Olive est une petite fille boulotte et myope qui a un grand rêve, celui de devenir une reine
de beauté, pareille à celle qu’elle imite devant la télévision au début du film. Elle est loin de ressembler à ces poupées Barbie qui gagnent les concours de beauté mais elle ne voit pas que
l’image télévisuelle de Miss America, son modèle, est l’opposé d’elle. Ce qui parait contradictoire dans le personnage d’Olive, c’est qu’elle est remplie d’honnêteté, de simplicité et d’enfance, et qu’elle rêve de devenir une Miss, c’est à dire une représentante d’un monde d’artifice, de superficialité, très loin du monde de l’enfance. En effet, Olive, à plusieurs moments, est montrée entrain de jouer, soit avec un casse tête en forme de bonhomme souriant, soit avec un pneu qu’elle fait rouler. Elle est, par essence, une petite fille, et s’oppose radicalement aux petites filles que l’on voit dans le concours de beauté, toutes maquillées et déguisées comme des petites femmes, et qui ont l’air d’avoir perdu toute idée d’enfance (notamment lorsque Dwayne rentre dans le vestiaire des petites filles et se fait littéralement houspiller par une petite concurrente). Olive apparaît terriblement vraie, sincère et authentique lors du défilé, dans son maillot de bain, alors qu’elle n’est ni maquillée ni coiffée, alors que les autres petites filles jouent à être des petites femmes. D’une certaine façon, Olive nous montre le problème de notre société, où même les gens les plus naturels et authentiques, sont admiratifs d’une société d’apparat.

Edwin est toujours présent dans le récit malgré sa mort au milieu du film. Etant l’entraîneur d’Olive, il est aussi l’homme qui conseille à Dwayne de profiter des jeunes filles et de la vie en générale. En fait, il fait figure de sage en rappelant à chacun qu’il faut profiter de la vie. On retrouve son attitude directe, franche et à la limite du politiquement correcte dans chacun de ses rapports avec les membres de la famille, tant lorsqu’il rencontre Frank (à table, il commente l’homosexualité de l’oncle), qu’avec Dwayne dans la voiture, et avec Olive, alors qu’il lui apprend une imitation de striptease.
Edwin n’a rien d’un grand père américain typique: viré de sa maison de repos parce qu’il prend des drogues, il n’hésite pas à utiliser un langage cru en présence de toute sa famille, et ce,
malgré les remontrances de son fils. Toutefois, il n’hésite pas non plus à remonter le moral de
Richard quand celui-ci apprend l’échec de son livre. Il sait trouver les mots qui réconfortent aux moments les plus opportuns, et sait rassurer son fils comme sa petite-fille. Il est un personnage excentrique mais qui garde les pieds sur terre. C’est son excentricité qui mets dans un premier temps Frank dans l’embarras (dans la station service) mais qui finit par sauver la mise de la famille (ses revues pornographiques attirent plus le policier que son propre corps dans le coffre).

Frank : intellectuel, homosexuel, dépressif et suicidaire, il est l’incarnation du perdant. Il ressemble étrangement à son héros, Proust, auquel il semble même s’identifier quand il parle avec Dwayne pendant le concours de beauté. Il est abandonné à ses illusions perdues. Mais le voyage et son lien avec Dwayne le sortiront progressivement de son désespoir. Il est d’ailleurs intéressant de voir comment un lien se noue dès le départ entre le jeune homme et son oncle : Frank se lie tout de suite avec le seul personnage qui ne parle pas, et qui, donc, ne peut le juger.

Dwayne : grand lecteur de Nietzsche, Dwayne s’est réfugié dans un mutisme définitif pour signifier sa haine des autres en général et de sa famille en particulier. Il veut devenir pilote mais un dysfonctionnement de sa vision, le daltonisme, lui interdit de réaliser ce rêve. C’est grâce à son rapport avec son oncle qu’il acceptera les difficultés qui s’annoncent à lui à cause de son daltonisme.

Ajouter un commentaireCommentaires


Ajouter un commentaire