Mardi 6 octobre 2009La môme

Olivier Dahan

Genre : drame biographique
Durée : 130 min
Sortie : 2007

Distribution

Marion Cotillard, Jean-Pierre Martins, Gérard Depardieu, Clotilde Courau, Jean-Paul Rouve, Sylvie Testud, Pascal Greggory, Marc Barbé, Caroline Sihol, Emmanuelle Seigner, Catherine Allegret, Manon Chevallier

Résumé

La vie légendaire d’Edith Gassion, plus connue sous le nom d’Edith Piaf ou encore « la môme Piaf ». Cette histoire est aussi celle de Paris, de ses personnages et de ses artistes - célèbres ou pas - qui en ont fait la ville des lumières et de tous les rêves. C’est l’histoire d’un véritable trésor national, d’une grande dame et de sa foi, de sa souffrance et de sa passion, ainsi bien sûr que de l’amour, parfois maudit, qu’elle a toujours chanté.

Edith Piaf

Édith Piaf née Édith Giovanna Gassion le 19 décembre 1915 à Paris, morte le 10 octobre 1963 à Grasse est une chanteuse française de music-hall et de variétés. Surnommée à ses débuts « la Môme Piaf », on lui doit de très nombreux succès du répertoire francophone comme La Vie en rose, Non, je ne regrette rien, Hymne à l'amour, Mon légionnaire, La Foule ou Milord. Personnalité hors norme, elle a inspiré de nombreux compositeurs, fut le mentor de nombreux jeunes artistes et a connu une renommée internationale, malgré une fin de carrière rendue difficile par de graves problèmes de santé. Édith Piaf fut aussi comédienne au théâtre et au cinéma.


Analyse

La Môme, donc. Le premier avantage d’une vie comme celle d’Edith Piaf, c’est qu’elle permet d’oser les délires scénaristiques que l’on ne pardonnerait à aucune fiction. Dans un biopic, on ne peut jamais reprocher au scénariste d’en faire trop, puisque tout est vrai, avéré, vérifié, validé, enterré. Piaf, morte à 48 ans dans un corps de vieille dame, eut il est vrai l’un des destins les plus extraordinaires et les plus cinégéniques qui soient : élevée dans un bordel ; miraculeusement rescapée d’une cécité précoce ; arrachée à la rue par Louis Leplée, légende du music hall, qui lui trouvera son célèbre pseudo car il trouvait qu’elle ressemblait à un moineau ; redécouverte par Raymond Asso, producteur qui rendra son prénom à « la Môme » ; succès international inouï ; histoire d’amour passionnée avec le boxeur Marcel Cerdan, qui périra dans un accident d’avion ; accident de voiture, corps brisé, addiction, come-back inespéré, et la mort, enfin, qui vient dévorer un être tout frêle prématurément vieilli.
A son crédit, Olivier Dahan est un cinéaste qui aime se compliquer la tâche. A une narration linéaire, il a préféré, avec l’aide de sa co-scénariste Isabelle Sobelman, de multiples allers-retours dans la vie de Piaf, partagés entre cinq temps forts de son existence : l’enfance, la découverte, la gloire, le come-back, la mort. Beau travail de montage, dont le zigzag évoque les innombrables cassures de la vie débordante (débordée ?) de son héroïne et l’incidence que les événements ont eu sur sa santé.
Puisque La Môme repose entièrement sur les épaules de Marion Cotillard, l’enjeu est énorme. L’actrice incarne l’oiseau de Montmartre de l’adolescence à la mort, et malgré les prothèses et les postiches (pour un effet parfois spectaculaire), le cabotinage et la Méthode qui relèvent plus de l’équilibrisme que de l’art, il y a de quoi être soufflé, déstabilisé même, devant la volonté d’une comédienne d’escalader une montagne, se casser la gueule parfois pour se relever sans cesse jusqu’à réussir, par de vrais moments de grâce, à ramasser le film entier et le faire décoller, l’emmener vers des sommets d’émotion que même Olivier Dahan n’aurait pas osé espérer.

Marion Cotillard

Le réalisateur a tout de suite pensé à Marion Cotillard pour le rôle de Piaf. Il explique pourquoi : « Piaf est un personnage en soi, une icône. Tout le monde connaît son visage, sa voix, sa silhouette. Pour que le public accepte ce que je racontais, le décalage entre l'actrice et Piaf ne devait pas être trop grand. La ressemblance était nécessaire. Marion est plus jolie mais elle ressemble vraiment aux premières photos de Piaf. Je lui ai d'abord envoyé le scénario, puis nous nous sommes rencontrés. Faute de temps, nous n'avons pas vraiment fait d'essais, uniquement une demi-journée pour le maquillage. Mais j'avais demandé à Marion de faire le même travail que moi, c'est-à-dire de lire, de voir des films. Je pense qu'elle a, tout comme moi, fait ce film à l'intuition, et c'était la meilleure façon. »
Marion Cotillard raconte comment elle s'est préparée pour avoir le rôle : « Avant l'entretien, j'avais simplement regardé quelques photos de Piaf. Je ne voulais surtout pas mettre la charrue avant les boeufs et m'investir trop sur le personnage avant d'être certaine d'être choisie, mais je ne pouvais m'empêcher d'aller à la découverte de cette femme. Quand j'ai compris qu'Olivier avait vraiment envie de faire le film avec moi, j'ai tout de suite désiré m'investir à fond. Il m'a donné le livre de Jean Noli sur les trois dernières années de Piaf. J'avais déjà de l'admiration pour elle, mais j'en ai eu encore plus lorsque j'ai découvert ce qu'avait été sa vie. » Même si les chansons sont en play-back, Marion Cotillard a dû travailler toute la gestuelle de Piaf sur scène, ainsi que sa manière de chanter. Elle explique : « J'aime chanter, mais le travail technique sur les play-back a été le plus dur pour moi parce que j'avais envie qu'ils soient parfaits. J'ai travaillé avec un prof. Je voulais comprendre comment chantait Piaf, comment elle plaçait son corps, sa langue, la moindre de ses respirations. Je devenais dingue tellement c'était complexe. Si j'avais des vidéos d'elle sur ces chansons, je décortiquais tout. Je me suis aperçue qu'il ne suffit pas d'être en rythme pour faire un bon play-back. La respiration est essentielle. Je notais les moments où elle prenait ses respirations sur des feuilles. Après, je mettais la musique, je me filmais avec une caméra. J'ai passé des nuits entières à prendre des notes sur ce qui n'allait pas ! Je voulais que ce soit Piaf. »
Elle livre aussi ce qu’elle a retenu de son personnage : « Je n'aborderai plus jamais un rôle de la même façon. Piaf m'a appris beaucoup de choses. Par rapport au travail, je pense que je prendrai encore plus de plaisir qu'auparavant parce que je sais maintenant que les personnages existent à part entière. J'aurai une manière de les faire vivre encore plus intense. »

Ajouter un commentaireCommentaires

laura
Mardi 8 mars
c'est vraiment un film extraordinaire! je l'a aimée beaucoup, de la vitalité, de la souffrance. Je tiens à féliciter le directeur du film, un message d'accueil de l'Espagne
Chris
Mercredi 2 janvier
If you wrote an article about life we'd all reach englhietnment.
zbuduzet
Dimanche 6 janvier
GhMrX8 , [url=http://kzqqrlumvlya.com/]kzqqrlumvlya[/url], [link=http://ogtlcgmznrcy.com/]ogtlcgmznrcy[/link], http://yjnckuklueyo.com/
nyvburz
Dimanche 6 janvier
40G57d , [url=http://mizppyumkybb.com/]mizppyumkybb[/url], [link=http://iffftqneizif.com/]iffftqneizif[/link], http://rliwzmsrlzam.com/
mypsch
Dimanche 6 janvier
U2P92m , [url=http://cxcoiokybemt.com/]cxcoiokybemt[/url], [link=http://cvhaglrvpkiq.com/]cvhaglrvpkiq[/link], http://yovfjtzruncl.com/
llbzjrfh
Dimanche 6 janvier
tBOkPf , [url=http://emxftxptunvf.com/]emxftxptunvf[/url], [link=http://yfzukgrosbgf.com/]yfzukgrosbgf[/link], http://ohjzjrkxgche.com/
umgils
Dimanche 6 janvier
84HKgz , [url=http://acfcpqkvsmcv.com/]acfcpqkvsmcv[/url], [link=http://dnmooahinnfu.com/]dnmooahinnfu[/link], http://pttyiegmljjz.com/
qnrvytps
Dimanche 6 janvier
925FWr , [url=http://jsmbrofdbnut.com/]jsmbrofdbnut[/url], [link=http://rxztshjhsnzk.com/]rxztshjhsnzk[/link], http://bnauhcxyaigh.com/

Ajouter un commentaire